Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 14 Mars 2018

› Accueil

Actualités

print

Le 14 Mars 2018 - Recommandations concernant l’épidémie de rougeole


 

Au 12 mars 2018, 913 cas de rougeole ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017, confirmant le début d’une épidémie en France. L’augmentation rapide du nombre de cas observée depuis les trois dernières semaines (environ 300 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante.

La proportion de cas de rougeole chez les personnes non ou insuffisamment vaccinées nées après 1980 reste très importante (87 %) et reflète l’insuffisance de la couverture vaccinale contre la rougeole en France. Dans ce contexte, nous vous rappelons l’importance de la vérification systématique du statut vaccinal vis-à-vis de la rougeole de toute personne née après 1980 et particulièrement les enfants de 1 à 4 ans, les adolescents, les jeunes parents et les femmes en âge de procréer.

Tout cas de rougeole doit être signalé immédiatement sans attendre les résultats biologiques par tout moyen approprié (téléphone, télécopie…) à votre ARS. Les contacts non ou insuffisamment vaccinés de ces cas doivent pouvoir bénéficier très rapidement des mesures de prévention.

Devant tout patient suspecté de rougeole (présentant une éruption cutanée fébrile caractéristique) la mise en œuvre des mesures barrières suivantes est nécessaire :

- assurer, dans la mesure du possible, la prise en charge du patient à domicile ;
- privilégier les prélèvements biologiques à domicile s’ils étaient nécessaires ;
- isoler le patient, lui faire laver les mains et porter un masque chirurgical ;
- assurer la protection individuelle du professionnel de santé par des mesures de protection de type « air » ;
- rappeler à l’entourage du patient les règles d’hygiène (solutions hydro-alcooliques) ;
- recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption ;
- aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures dans un espace clos après son départ.

Consulter l’aide-mémoire sur les recommandations vaccinales et sur les mesures préventives autour d’un cas de rougeole.

Plus d'informations sur le site du Ministère des solidarités et de la santé.

 



Le 28 Février 2018 - Fin des tensions en approvisionnement des vaccins monovalents VHB

Il n’existe plus de tensions en approvisionnement des vaccins monovalents VHB. Ce retour à la normale rend caduc l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique du 14/02/2017 dont l’ensemble des mesures des gestions transitoires est levé à compter du 1er mars 2018.

L’approvisionnement en vaccin monovalent adulte contre l’hépatite B est repris en officine de ville, la rétrocession par les PUI est maintenue durant le 1er trimestre 2018 pour permettre l’écoulement des stocks.

La priorisation des populations à risque élevé d’exposition est supprimée avec retour à l’ensemble des publics cibles précisé dans le calendrier des vaccinations 2018.

L’ensemble des autres mesures abrogées est repris dans la note d’information en provenance du Ministère des solidarité et de la santé.

Le 13 Février 2018 - Recrudescence du nombre de cas de rougeole

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes a été destinataire du Message d'Alerte Rapide Sanitaire suivant :

En France, entre le 1er novembre 2017 et le 12 février 2018, 387 cas de rougeole ayant entraîné un décès et 83 hospitalisations (dont six en services de réanimation) ont été déclarés. Sur les 387 cas déclarés au niveau national, 269 ont été identifiés en région Nouvelle-Aquitaine. L’épidémie régionale a débuté autour de trois foyers de cas groupés (chez les étudiants de l’université, aux urgences d’un CHU et dans une école). Actuellement les foyers tendent à progresser, il existe une dissémination dans d’autres régions du territoire. Cette recrudescence du nombre de cas de rougeole est liée à une insuffisance de couverture vaccinale rougeole. Le schéma de vaccination contre la rougeole comporte deux doses de vaccins.

La rougeole est une maladie infectieuse éruptive très contagieuse due à un virus. Elle est fréquente chez les enfants mais peut également survenir chez des adultes non vaccinés. Chez ces personnes, la rougeole peut être responsable de complications source de séquelles (complications neurologiques ou pneumopathie par exemple). Enfin, la rougeole peut être particulièrement sévère chez les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées. Plusieurs cas ont été admis en service de réanimation depuis les premiers signalements de foyers de rougeole.

La rougeole est une maladie à déclaration obligatoire. Cette déclaration comporte deux volets : un volet de notification anonyme pour surveillance épidémiologique et un volet de déclaration nominatif à l’ARS. Ce dernier volet est primordial car il permet d’effectuer la recherche des cas contacts qui pourront bénéficier d’une prise en charge en urgence s’ils sont à risque de déclarer une rougeole grave. Il est donc rappelé l’importance de signaler au plus vite les cas de rougeole à l’ARS même au stade de suspicion clinique en attente de confirmation biologique afin de permettre la mise en place des mesures de santé publiques adéquates (Recommandations vaccinales 2018 disponible sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé ou en cliquant ici).

Pour certains cas de rougeole survenus en milieu de soins, des soignants contaminés ont pu être à l’origine de la transmission (transmission nosocomiale). Il est donc fortement recommandé à tous les professionnels de santé de vérifier leur statut vaccinal (deux doses nécessaires) et de procéder, en lien avec la médecine du travail, à une mise à jour de la vaccination si nécessaire, conformément aux recommandations vaccinales.

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé