Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Chikungunya / Dengue › Au fil de l'actualité

Dernières minutes

print

Le 4 Novembre 2016 - Surveillance du chikungunya et de la dengue en France métropolitaine, 2015

En 2015, en France métropolitaine, 52 cas de chikungunya et 167 cas de dengue ont fait l’objet d’une DO ; 425 cas de chikungunya et 538 cas de dengue ont été identifiés par le réseau de laboratoires. Du 1er mai au 30 novembre, 30 cas de chikungunya et 131 cas de dengue ont été confirmés dans les 22 départements où Ae. albopictus était implanté. À l’exception des 6 cas autochtones de dengue en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, tous les cas étaient importés.
Les cas importés de chikungunya ou de dengue en métropole reflètent en partie la situation épidémiologique dans les zones de provenance des voyageurs. Malgré l’absence d’épidémie dans les territoires français d’Amérique (TFA) en 2015, le nombre de cas importés reste important. Avec l’extension d’Ae. albopictus en métropole et l’émergence du virus Zika, le risque de transmission autochtone est croissant. Il est nécessaire d’en informer régulièrement les voyageurs se rendant ou revenant des zones de circulation de ces virus ainsi que les professionnels de santé pour qu’ils relaient les consignes de prévention et participent à la surveillance.

Le 22 Juillet 2016 - Chikungunya, Dengue et Zika. Maladies à déclaration obligatoire

En métropole, le moustique Aedes albopictus s’est développé de manière significative dans 30 départements. Il existe un risque que des voyageurs provenant de territoires où circulent les virus de la dengue, du chikungunya ou du zika puissent introduire un cycle de transmission en métropole.

Les autorités sanitaires rappellent que le chikungunya, la dengue et le Zika font partie des Maladies à Déclaration Obligatoire (MDO). Cette déclaration permettra à l’ARS de mettre en œuvre rapidement toutes les mesures adaptées (enquête épidémiologique, déclenchement du dispositif de lutte anti vectorielle).
Le diagnostic différentiel entre ces 3 pathologies peut s’avérer difficile. Il est désormais possible de prescrire deux ou trois RT-PCR (zika /dengue et chikungunya), simultanément si le patient revient ou habite dans une zone où ces virus co-circulent.

Le 9 Septembre 2015 - Surveillance du chikungunya et de la dengue. Bilan de la saison 2014

Entre le 1er mai et le 30 novembre 2014, 233 signalements de cas suspects ont été reçus par l’ARS Rhône-Alpes. Parmi ceux-ci, 101 cas de chikungunya et 41 cas de dengue ont été confirmés, aucun cas de co-infection n’a été rapporté. Près de 3 sur 4 de ces cas confirmés étaient virémiques lors de leur séjour ou passage en département de niveau 1. Les cas de chikungunya revenaient très majoritairement de la zone caraïbe; en effet 86% (n=87) d'entre eux s’étaient infectés en Guadeloupe ou en Martinique. Près de la moitié (n=20) des cas de dengue faisaient suite à un séjour en Thaïlande ou en Indonésie, l'autre moitié avait séjourné dans des zones diverses telles que la Polynésie française, la Guadeloupe, l'Amérique du sud, certains pays d'Afrique ou d'Asie.
Surveillance sanitaire en Rhône-Alpes. Numéro spécial - CIRE Rhône-Alpes, septembre 2015

Le 13 Juillet 2015 - Moustiques

Dossier d'information réalisé par le réseau Sentinelles : Lettre d’information du réseau Sentinelles Juillet 2015

Le 2 Juin 2015 - Dengue et Chikungunya : risque de cas autochtones

Cinq départements de Rhône-Alpes (Ardèche, Drôme, Isère, Rhône et maintenant Savoie) sont dits de "niveau 1" car le moustique Aedes albopictus est implanté. La surveillance renforcée est effective entre le 1er mai et le 30 novembre afin de prévenir et limiter l'instauration d'une transmission autochtone de ces virus.
En Rhône-Alpes, en 2014, 233 cas suspects ont été signalés à l'ARS, dont 41 cas de dengue et 101 cas de chikungunya confirmés, tous importés.

En tant que professionnel de santé, il vous est demandé de signaler à l'ARS tous les cas suspects de dengue et de chikungunya de retour d'un séjour en zones intertropicales, sans attendre la confirmation biologique du diagnostique

Les signes cliniques ne permettant pas de différencier aisément le diagnostic de dengue ou de chikungunya, il est recommandé de rechercher simultanément et systématiquement ces deux maladies lors de la prescription d'analyses virologiques. Nous vous rappelons que depuis 2014, le diagnostic précoce par RT-PCR est pris en charge par l'assurance-maladie (à condition que le prélèvement soir réalisé dans les 7 jours suivant le début des signes et pour les patients résidant en département de niveau 1.
- Fiche de signalement
- En savoir plus

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé