Risques Sanitaires en Rhône Alpes

Site officiel de la Région Rhône-Alpes
ARS

Dernière mise à jour le 10 Septembre 2018

› Accueil › Risques infectieux › Coqueluche › Au fil de l'actualité

Dernières minutes

print

Le 18 Mars 2015 - Tensions d’approvisionnement des vaccins combinés contenant la valence coqueluche.

Adaptation transitoire de la stratégie vaccinale (hors Guyane et Mayotte). Le Point sur - Ministère en charge de la santé, 4 mars 2015
Fiche synthétique réalisée pour les professionnels de santé

Le 11 Mars 2015 - Stocks limités de vaccins combinés avec valence coqueluche. Recommandations d’utilisation

Des tensions ou des ruptures d’approvisionnement en vaccins combinés tétravalents et pentavalents contenant la valence coqueluche sont à prévoir.
Le HCSP recommande que soient maintenues en priorité :
• la primo-vaccination des nourrissons (2 doses et un rappel) avec le vaccin hexavalent ou un vaccin pentavalent dont l’utilisation des doses disponibles doit être contrôlée ;
• la stratégie du cocooning (comprenant la vaccination en milieu professionnel), destinée à éviter que des adultes ne contaminent les nourrissons non en âge d’être vaccinés, et la vaccination autour des cas représentent la seconde priorité.
Compte tenu des doses disponibles en vaccins combinés contenant la valence coqueluche, le HCSP recommande que le rappel de 6 ans soit effectué avec le vaccin dTcaP. Les rappels ultérieurs (11-13 ans et 25 ans) sont inchangés. Des recommandations détaillées sont faites pour les vaccinations réalisées dans le cadre du cocooning et autour des cas ainsi que pour les nourrissons vaccinés à la naissance contre l’hépatite B.
Par ailleurs, le HCSP déplore les épisodes répétés de rupture d’approvisionnement de vaccins qui mettent en péril l’application de la politique vaccinale.
Ces recommandations seront régulièrement actualisées en fonction des informations obtenues sur la disponibilité des vaccins contenant la valence coquelucheuse.
Avis du Haut Conseil de la Santé Publique, 25 février 2015 (mise en ligne 9 mars 2015)

Le 10 Décembre 2014 - Conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche

Ce guide présente la situation épidémiologique actuelle, rappelle les manifestations cliniques de la coqueluche, les modalités de diagnostic et de traitement, et les moyens de prévention.Il détaille les conduites à tenir vis-à-vis du ou des cas de coqueluche, de leur entourage et en particulier des personnes à risque. Les mesures à prendre lorsqu’un ou plusieurs cas surviennent dans des collectivités telles que maternités, crèches, établissements scolaires ou établissements de santé, sont également précisées.
- Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique, juillet 2014 (mise en ligne 24/11/2014)  
- Instruction DGS/RI1/2014/310 du 7 novembre 2014 relative à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche 

Le 11 Avril 2014 - Coqueluche

Compte tenu des enjeux de la vaccination, l’URPS Médecins RA et l’ARS ont décidé de créer une nouvelle rubrique dédiée à la coqueluche pour rappeler la stratégie de prise en charge et de vaccination aux professionnels de santé.

Le 14 Mars 2014 - Stratégie vaccinale contre la coqueluche chez l’adulte

En France, comme dans tous les pays à haute couverture vaccinale, la coqueluche affecte très peu l’enfant mais touche d’une part les nourrissons non protégés par la vaccination et, d’autre part, les adolescents ou adultes qui sont susceptibles de contaminer les très jeunes nourrissons. Il a été demandé au HCSP de se prononcer sur l’opportunité de pratiquer des rappels coquelucheux chez l’adulte dans le cadre du cocooning ainsi que dans le cadre professionnel, notamment pour les personnels en contact avec des nourrissons âgés de moins de 6 mois.
Le HCSP a pris en considération, pour l’adolescent et l’adulte, les données suivantes : recommandations vaccinales actuelles, épidémiologie, couverture vaccinale, évolution des souches, vaccins utilisables, tolérance des doses itératives et durée de protection.
Le HCSP rappelle que, dans le cadre du calendrier vaccinal en vigueur, le rappel recommandé à l’âge de 25 ans doit comporter la valence coqueluche (vaccin dTcaPolio), sauf si la personne a reçu une dose de vaccin coquelucheux depuis moins de cinq ans. Les personnes non vaccinées à cet âge pourront bénéficier d’un rattrapage de vaccin dTcaPolio jusqu’à l’âge de 39 ans révolus.
Il recommande dans le cadre de la stratégie du cocooning, que les personnes antérieurement vaccinées contre la coqueluche à l’âge adulte depuis plus de 10 ans et se trouvant à nouveau en situation de cocooning soient revaccinées. Pour les professionnels de santé et de la petite enfance, il recommande que les rappels administrés à l’âge de 25, 45 et 65 ans comportent désormais la valence coquelucheuse (vaccin dTcaP).
Avis du Haut Conseil de la Santé Publique, février 2014 (mise en ligne mars 2014) 

Qualité de l'air en Rhône-Alpes

Source : Air Rhône-Alpes

Mise à jour quotidienne

Accès Réservé